Comment les cannabinoïdes peuvent-ils influencer le cerveau ?

Les cannabinoïdes peuvent avoir un impact sur la cognition, présentent des risques particuliers pour les jeunes et peuvent causer des dommages potentiellement durables au cerveau.

cannabinoids effects on the brain

Les effets des cannabinoïdes sur le cerveau sont un sujet de recherche brûlant depuis quelques années.

En particulier, les effets potentiels à long terme du tétrahydrocannabinol (THC) sur la pensée, les émotions et la santé mentale font l’objet d’un débat. Dans cet article, nous allons nous pencher sur les résultats scientifiques concernant l’influence des cannabinoïdes sur les fonctions cognitives.

Les conséquences cognitives de la consommation de cannabinoïdes

Les effets des cannabinoïdes sur le cerveau sont étudiés depuis des décennies. Aujourd’hui, les preuves scientifiques sont suffisamment nombreuses pour que les chercheurs puissent dégager des tendances générales sur l’impact de la consommation de marijuana sur la pensée (appelée « cognition » dans la littérature).

L’une des méthodes utilisées par les scientifiques pour examiner de grandes quantités de données est une technique appelée méta-analyse.

En bref, une méta-analyse consiste à évaluer systématiquement des études antérieures afin de tirer des conclusions sur un corpus de recherche plus large.

Une étude de référence sur la marijuana et la cognition

Dans le cas des effets du cannabis sur le cerveau, une étude fondamentale a été publiée dans l’édition de janvier 2022 de la revue scientifique Addiction . L’article était intitulé  » Evidence on the acute and residual neurocognitive effects of cannabis use in adolescents and adults : a systematic meta-review of meta-analyses » (Preuves des effets neurocognitifs aigus et résiduels de la consommation de cannabis chez les adolescents et les adultes : une méta-analyse systématique des méta-analyses).

Or, ce titre est un peu fort en gueule. Ce titre est un peu compliqué. Mais il n’est pas aussi compliqué qu’il en a l’air.

Pour l’essentiel, cet article condense des décennies de recherche en un résumé relativement facile à comprendre (pour la recherche scientifique en tout cas !) des effets du cannabis sur le cerveau.

Le verdict :

La consommation de cannabis « entraîne des déficits faibles à modérés dans plusieurs domaines cognitifs ». Et dans les domaines concernés, les consommateurs peuvent continuer à avoir des troubles de la pensée même après avoir arrêté de consommer du cannabis (ce que l’on appelle les « effets résiduels »).

Un point important mis en évidence par l’étude est que les adolescents semblent particulièrement sensibles aux effets négatifs à court et à long terme du cannabis sur la cognition.

Domaines cognitifs spécifiques affectés par les cannabinoïdes

Bien que les chercheurs parlent parfois de la cognition dans son ensemble (souvent appelée « cognition globale »), celle-ci est généralement divisée en plusieurs domaines clés. Cela permet une évaluation plus prudente et plus nuancée des différents aspects de la cognition.

La méta-analyse de 2022 mentionnée précédemment a analysé les preuves dans 5 domaines différents de la cognition.

Fonctions exécutives

Souvent appelées « pensée de haut niveau », les fonctions exécutives impliquent des domaines de pensée plus complexes, comme la prise de décision, la flexibilité, le raisonnement et la régulation émotionnelle.

On a constaté que le cannabis avait un impact négatif sur l’ensemble des fonctions exécutives. L’effet est plus marqué chez les consommateurs chroniques de cannabis et chez ceux qui ont commencé à consommer à un âge précoce.

Apprentissage et mémoire

Le développement et l’application de nouvelles compétences reposent sur la capacité à apprendre de nouveaux concepts et à les mémoriser. L’apprentissage et la mémoire peuvent être divisés en plusieurs domaines, notamment verbal, visuel et prospectif (planification d’une action dans le futur).

Les preuves de l’effet du cannabis sur l’apprentissage et la mémoire sont mitigées : le cannabis ne semble pas affecter l’apprentissage visuel et la mémoire. Cependant, la consommation régulière de cannabis a eu des effets négatifs à court et à long terme sur l’apprentissage et la mémoire verbale et prospective.

Vitesse de traitement

La vitesse de traitement décrit la rapidité avec laquelle le cerveau peut recevoir, interpréter et réagir à de nouvelles informations.

Comme on peut s’y attendre, une intoxication aiguë (à court terme) au cannabis nuit considérablement à la vitesse de traitement. Mais l’impact négatif semble s’estomper après une période d’abstinence.

Fonction perceptivo-motrice

Le lien entre le cerveau et le mouvement (fonction motrice) est une composante essentielle de la cognition. C’est ce domaine qui permet aux gens de conduire une voiture ou de pratiquer un sport en toute sécurité.

Les données disponibles indiquent que la consommation de cannabis nuit à l’exécution de mouvements simples peu de temps après l’absorption. Toutefois, aucun effet résiduel n’a été constaté après l’abstinence.

Le langage

De nombreux domaines de l’apprentissage et de la communication reposent sur la capacité à interpréter et à utiliser efficacement le langage.

Dans l’ensemble, il semble que le cannabis n’ait pas d’effet négatif sur le langage.

Le cerveau des jeunes : Une préoccupation particulière

Un message clair concernant les effets des cannabinoïdes sur le cerveau est que les jeunes sont particulièrement vulnérables.

READ  Qu'est-ce que le Delta-8 Tétrahydrocannabinol ?

La consommation de cannabis n’a pas seulement un impact négatif plus important à court terme sur la cognition des jeunes. Il apparaît également que ces problèmes de pensée et d’émotions peuvent se prolonger au-delà de l’adolescence, jusqu’au début de l’âge adulte, voire jusqu’au milieu de la vie.

Il est également clair que plus une personne commence à consommer du cannabis tôt et plus sa consommation est importante, plus les résultats tendent à être mauvais.

Bien qu’il s’agisse d’un sujet complexe qui fait encore l’objet de recherches, deux grands facteurs expliquent pourquoi la consommation de cannabis peut être particulièrement nocive pour les jeunes.

  • Le cerveau humain connaît une croissance extraordinaire jusqu’à l’âge de 20 ans.

La taille physique, la structure et la qualité des connexions neuronales dans le cerveau d’un jeune se développent à un rythme incroyablement rapide chez tous les jeunes.

La consommation de cannabis peut perturber cette croissance, en particulier dans des zones telles que le cortex préfrontal (PFC), responsable des capacités cognitives de haut niveau.

Des études de scintigraphie cérébrale montrent que la marijuana peut entraîner des changements dans la structure du cerveau des jeunes, ce qui pourrait affecter le fonctionnement cognitif plus tard dans la vie .

  • La cognition a un impact considérable sur le développement scolaire, social et émotionnel.

Même si elles ne sont peut-être pas aussi permanentes que les modifications structurelles du cerveau, les bases posées à l’adolescence dans des domaines tels que la scolarité, les relations, la consommation de substances et la santé mentale ont tendance à persister à l’âge adulte.

En altérant la cognition, la consommation de marijuana peut avoir un impact négatif sur le fonctionnement général et les résultats d’un jeune dans de nombreux domaines de la vie. Cela peut ouvrir la voie à des problèmes qui dureront toute la vie et qu’il sera extrêmement difficile de surmonter, même après s’être abstenu de consommer à nouveau de la marijuana.

Le débat sur la guérison : Le cerveau peut-il rebondir ?

Les effets à court terme des cannabinoïdes sur le cerveau sont relativement bien compris. Mais la communauté scientifique ne sait pas si ces effets négatifs disparaissent lorsqu’une personne arrête de consommer du cannabis.

Les défis spécifiques pour trouver des réponses claires sur ce sujet sont les suivants :

  • De longues périodes d’étude. Pour tester correctement si le cerveau peut se remettre de la consommation de cannabis, les personnes doivent être suivies pendant une longue période (pensez à des années, pas à des mois).
  • L’évaluation de l’abstinence. L’évaluation de l’abstinence peut s’avérer difficile, en particulier dans le cas d’études à long terme portant sur de gros consommateurs réguliers de cannabis. Par exemple, si une personne fait un faux pas une fois, est-elle exclue de l’étude ? Ou qu’en est-il de la rechute d’une consommation importante pendant un mois, suivie d’un nouvel arrêt ?
  • Différences individuelles. Les dommages cognitifs causés par la marijuana peuvent se manifester de différentes manières. Chez certaines personnes, ils peuvent entraîner des difficultés relationnelles et professionnelles. Chez d’autres, ce sont les problèmes émotionnels et de santé mentale qui sont les plus préoccupants.

Conclusion : Nous savons que le cerveau peut se remettre des dommages causés par le cannabis. Cependant, l’ampleur de la guérison et le temps qu’elle peut prendre dépendent d’un certain nombre de facteurs.

Facteurs ayant un impact sur la guérison

Les facteurs qui augmentent le risque de lésions cérébrales durables dues à la consommation de cannabis sont les suivants

  • Consommation de cannabis à un jeune âge
  • Consommation importante et fréquente
  • la durée de la consommation (depuis combien de temps une personne consomme du cannabis)
  • Problèmes de santé mentale et/ou cognitifs préexistants
  • la consommation d’autres drogues (y compris l’alcool).

D’une manière générale, ces facteurs influencent les effets nocifs des cannabinoïdes sur le cerveau de manière bidirectionnelle.

En d’autres termes, plus les facteurs susmentionnés augmentent, plus le risque de dommages durables augmente. Et plus ils diminuent, plus le risque de dommages au cerveau diminue.

La voie à suivre : Prévention et éducation

Les cannabinoïdes occupent une place intéressante en matière de prévention et d’éducation.

Au cours de la dernière décennie, les restrictions légales concernant l’usage récréatif et médical de la marijuana ont été assouplies dans plusieurs pays. La recherche montre qu’au fur et à mesure de cette évolution, les gens ont développé des perceptions plus positives de la consommation de cannabis en matière de santé.

Cela s’explique probablement en partie par la découverte croissante des bienfaits thérapeutiques légitimes de la marijuana pour certains problèmes de santé. Et à la reconnaissance du fait qu’en ce qui concerne la hiérarchie des risques de dommages, le cannabis se situe indubitablement en bas de l’échelle par rapport aux autres drogues.

READ  H4CBD : qu'est-ce que cette molécule de CBD hydrogéné ?

Toutefois, aucun de ces points ne signifie que les effets du cannabis sur le cerveau ne peuvent pas être nocifs.

Comme l’alcool et le tabac, l’utilisation dangereuse des cannabinoïdes peut entraîner toute une série de problèmes de santé physique et mentale. Mais pour diverses raisons, les efforts de santé publique en matière de prévention et d’éducation n’ont pas suivi l’évolution de la société.

Pour réduire le risque de dommages liés au cannabis, il est désormais essentiel que les gouvernements et les autorités de santé publique donnent la priorité aux interventions contemporaines fondées sur la recherche afin de décourager les niveaux nocifs de consommation de cannabis chez les jeunes.

Bien que nous ne puissions pas copier exactement les modèles, les initiatives de santé publique pour l’alcool et le tabac constituent une bonne « feuille de route » pour les types de campagnes et d’interventions éducatives qui sont susceptibles d’être efficaces pour le cannabis.

Conclusion

Les cannabinoïdes sont un groupe de composés présents dans la plante de marijuana. Le THC est le cannabinoïde le plus connu et le plus étudié, car il est principalement responsable de l’effet intoxicant du cannabis.

L’assouplissement des restrictions concernant l’usage récréatif et médical du cannabis a suscité ces dernières années un vif intérêt pour les effets des cannabinoïdes sur le cerveau.

Si la recherche montre que les cannabinoïdes peuvent être utiles dans le cas de certains troubles cérébraux, il est également clair que certains modes de consommation peuvent être nocifs.

En particulier, lorsque le cannabis est consommé à fortes doses, fréquemment et sur une longue période, il peut altérer plusieurs domaines de la fonction cognitive.

Les domaines cognitifs les plus touchés sont les fonctions exécutives, l’apprentissage et la mémoire, la vitesse de traitement, les fonctions perceptivo-motrices et le langage. La consommation de cannabis altère le fonctionnement de tous ces domaines à court terme et peut même avoir des effets à long terme qui persistent après que la personne a décidé de s’abstenir.

Le fait que l’abus de cannabis soit particulièrement nocif pour les jeunes cerveaux est particulièrement préoccupant. Des études ont montré que le cerveau en développement des adolescents peut subir des modifications structurelles dues à une consommation nocive de cannabis, qui persistent jusqu’à l’âge adulte.

Bien que l’on connaisse de mieux en mieux les effets du cannabis sur le cerveau, il est nécessaire de poursuivre les recherches pour bien comprendre ce sujet important.

Pour l’heure,toute personne qui consomme des cannabinoïdes à des fins récréatives ou médicales doit se tenir informée. Une formation dispensée par des sources fiables est le meilleur moyen de prendre des décisions sûres en matière de consommation de cannabis, en fonction de sa situation personnelle.

FAQ

Comment les cannabinoïdes affectent-ils la mémoire et la concentration ?

Pendant les périodes d’intoxication aiguë, les cannabinoïdes ont un impact négatif sur la mémoire et la concentration. Les études dans ce domaine montrent que les personnes sous l’influence du cannabis obtiennent régulièrement de moins bons résultats dans les tâches de mémoire et de concentration.

Cet impact négatif des cannabinoïdes sur la mémoire et la concentration semble se prolonger chez les grands consommateurs à long terme et persister même pendant les périodes d’abstinence.

Les lésions cérébrales causées par le cannabis sont-elles permanentes ?

C’est possible. Des études utilisant des scanners cérébraux sur des adultes ayant consommé beaucoup de cannabis à l’adolescence montrent des changements dans la structure et le fonctionnement de certaines régions du cerveau. En particulier, le cortex préfrontal, responsable des fonctions cognitives de haut niveau, semble affecté.

Il faut également garder à l’esprit que les difficultés cognitives rencontrées par les jeunes et les adultes qui font un usage abusif du cannabis peuvent avoir un impact durable. Les problèmes d’éducation, de travail, de relations et de santé mentale causés par une consommation nocive de cannabis ne sont pas faciles à surmonter et peuvent se transformer en luttes à vie pour la personne concernée.

Quel organe est affecté par les cannabinoïdes ?

Alors que le système ECS possède des récepteurs dans tout le corps, le THC – le principal ingrédient psychoactif de la marijuana – est principalement actif sur les récepteurs CB1 dans le cerveau. Ces récepteurs modulent toute une série de fonctions, telles que la faim, les émotions et l’apprentissage.

Lorsqu’il est consommé sous forme de marijuana ou de produit à base de cannabis, le THC agit comme un cannabinoïde endogène (externe). Une consommation élevée et prolongée de THC peut perturber l’équilibre subtil du système ECS, ce qui peut être nocif pour le cerveau.

Eamon McGrath - BSW, PGCert

Eamon McGrath - BSW, PGCert

Avant de lancer son entreprise d'écriture, Eamon a exercé en tant que travailleur social clinique, psychothérapeute et coach de santé pendant près de deux décennies dans les systèmes médicaux, de santé mentale, de lutte contre la toxicomanie et de justice. Cette expérience professionnelle lui a donné une compréhension approfondie de la psychopharmacologie et des soins de santé, qu'il utilise pour créer des contenus et des textes de haut niveau dans tous ses projets d'écriture.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire


      The Marijuana Index
      The Marijuana Index
      Logo