Les signes d’une psychose induite par le cannabis : ce qu’il faut savoir

La psychose cannabique est décrite comme "la présence d'hallucinations et/ou de délires survenant pendant ou peu après une intoxication au cannabis".

Cannabis Psychosis Signs

La psychose est plus fréquente chez les personnes qui consomment du cannabis que dans la population générale. Par conséquent, si vous consommez de la marijuana à des fins médicales ou récréatives, il est important de comprendre comment repérer les signes de psychose liée à la marijuana. En étant bien informé, vous pouvez réduire considérablement le risque d’avoir des problèmes avec cette condition difficile.

Comprendre la psychose induite par le cannabis

Les taux de consommation de cannabis dans le monde sont en constante augmentation depuis plus d’une décennie.

En fait, le rapport mondial des Nations unies sur les drogues de 2022 indique que plus de 209 millions de personnes (soit 4 % de la population mondiale) ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois, ce qui en fait la drogue la plus couramment utilisée dans le monde.

Mais ce qui est peut-être plus inquiétant, c’est qu’à mesure que la légalisation du cannabis progresse, les taux de dommages liés au cannabis augmentent également. Cette tendance est attribuée à la plus grande disponibilité des produits à base de marijuana à forte puissance. Il est intéressant de noter que les types de dommages les plus fréquemment signalés sont d’ordre psychiatrique, comme la psychose induite par le cannabis.

Qu’est-ce que la psychose induite par le cannabis ?

La psychose induite par le cannabis peut être définie comme suit :

La présence d’hallucinations et/ou de délires qui surviennent pendant ou peu après une intoxication au cannabis.

La psychose induite par le cannabis peut être plus ou moins grave. Dans les cas les plus légers, elle n’est pas toujours nocive.

Pour donner quelques exemples, de nombreuses personnes qui consomment de la marijuana font état de pensées ou de sentiments inhabituels lorsqu’elles sont sous l’influence du cannabis. Il peut s’agir de sensations corporelles étranges, d’une légère paranoïa ou d’une immersion dans une émission de télévision au point de perdre temporairement le sens de l’orientation.

Dans une certaine mesure, ces expériences font partie du « high » de la marijuana.

Elles ne posent généralement pas de problème lorsque

  1. le consommateur a conscience de la nature surréaliste de ses expériences
  2. elles n’entraînent pas de comportement dangereux
  3. les symptômes disparaissent en quelques heures.

Cependant, tous les signes de psychose liés à la marijuana ne sont pas inoffensifs. Il est donc important de savoir reconnaître quand les symptômes sont préoccupants.

Symptômes reconnaissables de la psychose due au cannabis

La psychose est un terme utilisé pour décrire une série de symptômes qui affectent l’esprit.

Les symptômes psychotiques peuvent concerner de nombreux aspects différents des pensées et des sensations corporelles (comme le toucher ou l’odorat). Mais le point commun est qu’ils impliquent tous une forme de perte de contact avec la réalité.

Les signes et symptômes de la psychose due au cannabis peuvent ressembler à ceux d’autres troubles mentaux, comme la schizophrénie et les troubles psychotiques. Toutefois, dans le cas de la psychose induite par le cannabis, les symptômes sont provoqués directement par l’intoxication au cannabis. Ils peuvent également apparaître très soudainement, être très intenses et durer pendant de longues périodes.

Symptômes courants de la psychose due au cannabis

Vous trouverez ci-dessous une liste des groupes de signes les plus courants de la psychose due au cannabis.

En les lisant, il faut garder à l’esprit que pour une personne souffrant de psychose due au cannabis, les symptômes peuvent sembler tout à fait réels (même s’ils paraissent inhabituels).

Hallucinations

Une hallucination peut être une vision ou une sensation de quelque chose qui n’existe pas.

Les hallucinations sont généralement décrites par le sens avec lequel elles sont perçues.

Par exemple, les hallucinations visuelles consistent à voir quelque chose qui n’est pas là. Les hallucinations tactiles sont liées au toucher (par exemple, des insectes qui rampent sur la peau). Quant aux hallucinations olfactives, elles concernent les odeurs.

Délires

Les pensées et croyances inhabituelles qui n’ont aucun fondement dans la réalité peuvent être appelées délires.

Les délires peuvent être évidents à repérer si la personne partage ouvertement ses pensées (comme la croyance que les ondes radio contrôlent l’esprit d’une personne).

Mais parfois, les personnes souffrant de délires peuvent se replier sur elles-mêmes et se préoccuper de ce qui se passe dans leur tête (comme lorsqu’une personne s’isole pour mener à bien une mission secrète).

La paranoïa

Dans ses formes les plus légères, la paranoïa implique une méfiance générale. Elle peut être dirigée contre un individu ou un groupe/une organisation. Elle se traduit souvent par un malaise en présence d’autres personnes, l’individu ayant l’impression que les autres sont « à ses trousses ».

Lorsque la paranoïa devient grave, la personne peut craindre pour sa vie. C’est incroyablement désagréable. Elle peut devenir dangereuse si la personne décide de prendre des mesures pour assurer sa sécurité.

L’anxiété

Tous les symptômes psychotiques décrits ci-dessus peuvent entraîner de l’anxiété, en particulier lorsqu’ils sont effrayants et/ou accablants.

READ  Le cannabis est-il légal en France ? Ce que dit la loi

Dans ces cas, la personne souffrant de psychose induite par le cannabis peut devenir anxieuse en raison de ses symptômes psychotiques.

Toutefois, il convient de garder à l’esprit que le cannabis peut également provoquer des crises de panique et de l’anxiété chez certaines personnes, qu’elles soient ou non atteintes de psychose.

Agitation

Comme dans le cas de l’anxiété, la nature intense et soudaine des symptômes psychotiques induits par le cannabis peut entraîner une grande agitation.

L’agitation peut se manifester par de la détresse, de la colère ou de la peur.

Il peut être prudent de « surmonter » l’agitation avec une personne de soutien jusqu’à ce que les effets de la marijuana s’estompent. Mais dans certains cas, une personne présentant des signes de psychose liée à la marijuana peut constituer une menace pour elle-même ou pour d’autres personnes.

Pensée désorganisée

Également appelée  » trouble de la pensée « , la pensée désordonnée survient lorsqu’une personne ade la difficulté à enchaîner des pensées logiques.

Oublier comment faire quelque chose ou avoir de la difficulté à tenir une conversation sont des signes courants de troubles de la pensée.

Dans un environnement favorable, le trouble de la pensée n’est pas un gros problème, car la personne peut être gardée en sécurité jusqu’à ce que sa pensée devienne plus claire. Mais si une personne dont la pensée est désorganisée se met à conduire une voiture ou à préparer un repas, par exemple, les conséquences peuvent être dangereuses.

Facteurs de risque et vulnérabilité

Nous ne savons pas exactement ce qui cause la psychose induite par le cannabis. Mais la recherche suggère trois facteurs clés qui peuvent augmenter le risque de souffrir d’une psychose induite par le cannabis.

Le fait d’être attentif à ces facteurs de risque peut réduire considérablement la probabilité de souffrir d’une psychose (et d’autres effets néfastes) due à la marijuana et aux produits à base de THC.

  • Consommation de produits à forte teneur en THC

Le vieux dicton « c’est la dose qui fait le poison » se vérifie ici.

Le cannabis a des effets thérapeutiques avérés sur de nombreuses affections physiques et mentales. Mais comme pour toutes les drogues (légales, médicales ou autres), les effets bénéfiques nécessitent un régime de dosage minutieux et supervisé par un médecin.

La recherche associe systématiquement l’utilisation de produits à forte teneur en THC à un risque accru de psychose. La raison la plus probable est que ces produits facilitent la consommation de quantités anormalement élevées de THC.

  • Fréquence de consommation

Bien que la dose reste une variable importante (les doses élevées et régulières présentent le plus grand risque), la consommation fréquente de cannabis tend à augmenter le risque global de symptômes psychotiques.

C’est particulièrement le cas lorsqu’une personne a déjà connu une psychose problématique induite par le cannabis.

Dans ce cas, la poursuite de la consommation peut aboutir à une situation où les symptômes psychotiques s’aggravent progressivement et durent plus longtemps.

  • Vulnérabilités individuelles

Enfin, les vulnérabilités individuelles jouent un rôle important dans le risque de psychose induite par le cannabis.

Le principal facteur de risque à cet égard est l’existence d’antécédents familiaux de psychose ou de schizophrénie.

Les personnes dont un membre de la famille est atteint de schizophrénie ont déjà un risque plus élevé de développer cette maladie dévastatrice. De plus, il existe des preuves solides que la consommation régulière et importante de cannabis augmente le risque de schizophrénie et d’autres troubles psychotiques.

Laconsommation de marijuana peut également aggraver les troubles mentaux sous-jacents (comme le trouble bipolaire). Par conséquent, si vous avez déjà eu des problèmes de santé mentale, veuillez consulter un professionnel de la santé avant de consommer de la marijuana.

Différencier la psychose induite par le cannabis d’autres affections

On peut considérer que les troubles psychotiques existent sur un continuum.

À une extrémité, on trouve les « épisodes » psychotiques temporaires. Les psychoses causées par le cannabis ou d’autres drogues (comme la méthamphétamine ou la glace) sont des exemples de psychoses temporaires ou transitoires. Ces épisodes disparaissent généralement en l’espace d’un à plusieurs jours, avec ou sans traitement de santé mentale.

Lorsqu’un épisode psychotique dure longtemps, on peut diagnostiquer un trouble psychotique. Dans ce cas, les symptômes psychotiques peuvent durer plusieurs mois, puis s’atténuer considérablement ou disparaître complètement avec un traitement.

La schizophrénie se situe à l’extrémité la plus grave des troubles psychotiques. La schizophrénie dure longtemps et peut être permanente. Elle se caractérise par des symptômes psychotiques de plusieurs types et affecte gravement la capacité d’une personne à fonctionner dans la vie quotidienne.

Qu’en est-il de la psychose induite par le cannabis ?

L’une des grandes difficultés de la psychose induite par le cannabis est qu’elle peut se présenter de la même manière que d’autres troubles psychotiques.

Par exemple, même pour les professionnels de la santé mentale expérimentés, les hallucinations, les délires et la pensée désorganisée de la psychose induite par la marijuana peuvent sembler identiques à ceux d’autres troubles psychotiques. La plupart du temps, la seule façon de faire la distinction entre les deux est de demander à une personne d’arrêter de consommer du cannabis pendant un certain temps pour voir si les symptômes disparaissent.

READ  Qu'est-ce que le THCP : avantages et utilisations de ce puissant cannabinoïde

Si vous pensez souffrir de psychose induite par le cannabis, consultez immédiatement un professionnel de la santé mentale.

Un praticien expérimenté peut procéder à une évaluation psychiatrique complète et donner des conseils sur les causes probables et les options de traitement.

L’importance d’une reconnaissance précoce

Si elle n’est pas traitée rapidement, la psychose induite par le cannabis peut avoir des effets graves et durables.

Les complications potentielles sont les suivantes

  • atteinte aux relations et à la réputation d’une personne (en raison de son comportement inhabituel)
  • Mauvais résultats scolaires et professionnels
  • le développement d’un état psychotique plus grave et plus persistant
  • des dommages physiques dus à la négligence de soi
  • un risque accru d’autres troubles mentaux.

Heureusement, lorsque les troubles psychotiques liés à la marijuana sont détectés et pris en charge rapidement, les résultats sont généralement très bons.

Prise en charge de la psychose induite par le cannabis

L’approche idéale pour gérer la psychose induite par le cannabis varie d’un individu à l’autre. Les traitements et les stratégies de prise en charge peuvent inclure

  • le conseil et la psychoéducation
  • Médicaments antipsychotiques
  • Réduction ou abstention de la consommation de marijuana
  • Thérapie individuelle, familiale ou de groupe

Dans l’ensemble, plus une personne est traitée tôt, plus elle a de chances de se rétablir complètement.

Obtenir de l’aide rapidement peut également réduire le risque d’épisodes ultérieurs de psychose induite par le cannabis, car une personne peut apprendre à gérer ses propres facteurs de risque (par exemple, ne pas consommer de produits à forte teneur en THC).

Conclusion

La marijuana peut être un produit thérapeutique et une drogue récréative sûrs et utiles. Cependant, comme toutes les substances psychoactives, tous les consommateurs de marijuana doivent être conscients de certains risques.

La psychose induite par le cannabis est l’un des risques les plus importants.

La psychose induite par le cannabis peut survenir même en cas de consommation modérée et peu fréquente. Elle se traduit par l’apparition chez le consommateur d’un ou plusieurs symptômes qui impliquent une « rupture avec la réalité ». Ces symptômes peuvent inclure des hallucinations, des délires et de la paranoïa.

Dans ses formes les plus légères, la psychose induite par le cannabis est de courte durée (jusqu’à quelques heures) et n’entraîne pas de détresse importante pour l’individu. Mais lorsqu’elle est plus grave, la psychose due à la consommation de marijuana peut durer longtemps et entraîner des dommages importants.

Si vous ou l’un de vos proches présentez des symptômes psychotiques après avoir consommé de la marijuana, demandez l’aide d’un professionnel dès que possible.

Plus le traitement est rapide, plus les chances de guérison sont grandes. L’avis d’un professionnel de la santé mentale peut également contribuer à réduire le risque de futurs épisodes de psychose.

Questions fréquemment posées

La psychose induite par le cannabis est-elle permanente ?

Si elle est détectée et traitée rapidement, la psychose induite par le cannabis n’est généralement pas permanente. Cependant, les personnes qui souffrent d’une psychose due au cannabis courent un risque accru de développer d’autres troubles psychotiques au cours de leur vie ; il est donc important d’obtenir l’aide d’un professionnel pour évaluer la situation.

Toutes les personnes qui consomment du cannabis souffrent-elles d’une psychose ?

Non. En fait, la plupart des personnes qui consomment du cannabis ne souffrent pas de psychose. Mais certains modes de consommation, comme les produits à forte teneur en THC, peuvent augmenter le risque de psychose induite par le cannabis. Une consommation modérée et peu fréquente de marijuana peut réduire le risque de symptômes psychotiques.

La psychose induite par le cannabis peut-elle être traitée ?

Oui, il existe des traitements efficaces pour la psychose induite par le cannabis. Des professionnels de la santé mentale ayant reçu une formation appropriée peuvent proposer une thérapie, une psychoéducation ou des médicaments pour traiter les symptômes de la psychose. Ils peuvent également vous conseiller sur la question de savoir si la poursuite de la consommation de marijuana est sans danger dans votre situation.

Ilpourrait y avoir un lien chez certaines personnes vulnérables. Le National Institute on Drug Abuse indique que « la relation entre la consommation de cannabis (marijuana) et les troubles psychiatriques est complexe, et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les impacts à court et à long terme de la consommation de cannabis sur la santé mentale« .

Eamon McGrath - BSW, PGCert

Eamon McGrath - BSW, PGCert

Avant de lancer son entreprise d'écriture, Eamon a exercé en tant que travailleur social clinique, psychothérapeute et coach de santé pendant près de deux décennies dans les systèmes médicaux, de santé mentale, de lutte contre la toxicomanie et de justice. Cette expérience professionnelle lui a donné une compréhension approfondie de la psychopharmacologie et des soins de santé, qu'il utilise pour créer des contenus et des textes de haut niveau dans tous ses projets d'écriture.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire


      The Marijuana Index
      The Marijuana Index
      Logo